Il y a environ un an, ARTE diffusait une émission intitulée « Le ventre, notre 2ème cerveau ». Cette émission, très intéressante, expliquait que des scientifiques avaient découvert, il y a quelques années, que le ventre pouvait être considéré comme un deuxième cerveau. Ces découvertes vont au-delà de ce qu’on sait déjà : nos émotions se traduisent par des fonctionnements inhabituels de notre ventre. Par exemple Lorsqu’on a peur on aura tendance à avoir des problèmes intestinaux. Si on est angoissé, on aura des difficultés à manger… En fait, les neurones présentes dans notre ventre échangent une multitude d’informations avec notre cerveau que les scientifiques commencent à peine à découvrir et comprendre.

Chez les japonais, sans avoir toute cette connaissance, l’ancien massage faisait grand cas du ventre. On soignait les malades, entre autre, en massant avec soin le ventre. Il fallait que le ventre soit abordé avec des mains chaudes, en douceur, avec beaucoup de patience et de prudence, en respectant le rythme respiratoire, si besoin au préalable les genoux du patient étaient légèrement surélevés, puis au fur et à mesure on pouvait augmenter les pressions. Tous ces principes sont toujours d’actualité lorsqu’en tant que praticien en shiatsu, on décide de réaliser un Ampuku (masser le ventre d’un patient). Il est même souhaitable de demander au patient s’il accepte qu’on lui masse le ventre. En effet, certaines personnes sont très mal à l’aise lorsqu’on commence à peine à toucher leur ventre. Pour eux, c’est une agression, une intrusion même si on ne fait que poser les mains. Dans ces cas, il est préférable d’emprunter d’autres voix du Shiatsu et peut-être qu’au fil des séances, le patient acceptera ce massage du ventre.

Ainsi, le Shiatsu sur le ventre, l’Ampuku, va permettre d’harmoniser le fonctionnement des viscères. Il va relancer la circulation des énergies bloquées. Le ventre se libère et nos émotions que nous ressentons dans notre ventre, parfois depuis fort longtemps, sont aussi libérées. Ce résultat est plus ou moins long à obtenir et il est nécessaire de l’associer au traitement du dos, la plupart des maux de dos étant liés à des maux de ventre. En travaillant dos et ventre, on équilibre les faces antérieure et postérieure du tronc.